Communauté francophone W.A.R. Roleplay


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesCalendrierConnexion

Partagez | 
 

 [Background] Lioudane le sans clan*

Aller en bas 
AuteurMessage
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: [Background] Lioudane le sans clan*   Dim 22 Juil - 14:29

Lioudane avait souffert de la perte des siens mais il était bien décidé à ce que son clan ne tombe pas dans l'oubli.

Il avait prêté le voeu de mort des Tueurs et savait que tel était désormais son destin. Aussi était-il bien décidé à laisser une trace pour la postérité afin que ceux de Karak Wyrmark ne soient jamais oubliés.

C'est ainsi que Lioudane entrepris d'écrire son récit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: De la chute de Karak Wyrmark   Dim 22 Juil - 14:30

De la chute de Karak Wyrmark

Avant le funeste jour qui scella le destin de Lioudane, ce dernier n’avait connu que bien peu d’aventure, vivant au sein d’une communauté naine parmi les plus paisible. Karak Wyrmark était un lieu agréable, la région était pacifiée depuis nombre de générations et son climat était toujours clément.

Tout cela avait certainement contribué à en faire une cible alléchante pour les peaux vertes. Il s’agissait là d’un karak de faible importance qui, bien que possédant de bonnes défenses, avait perdu ses crocs. En effet, les longues années de calme avaient érodé la vigilance de la plupart des nains le peuplant. Les patrouilles et les guets étaient toujours effectués, mais avec moins d’attention et de minutie que si la forteresse était assaillie régulièrement.


C’est ainsi que les patrouilles ne remarquèrent pas les traces des éclaireurs orques venus observer les lieux et que le jours de l’attaque, les guetteurs de pointe furent attaqués par surprise. L’alerte ne put être donnée que bien trop tard. Lorsque le cor d’alarme résonna, la horde de peaux vertes avait déjà atteint les portes de pierre du karak, et de petits groupes de gobelins tentaient de prendre possession des avant-postes désormais isolés.

Dès la sonnerie du cor, brisefers et marteliers vêtirent leurs armures, saisirent leurs armes et se ruèrent au combat. Les ingénieurs tiraient sur l’ennemi sans relâche, faisant aussi bien donner l’artillerie que leurs armes à feu ou autres explosifs. Lioudane faisait partie du contingent qui protégeait les portes du Karak au cours de cette nuit fatidique. Lorsque les premiers renforts arrivèrent sur place, il ne restait qu’une poignée de défenseur tenant difficilement le tunnel d’accès principal. Brisefers et marteliers formaient un mur que l’ennemi ne parvenait pas à franchir car dans ce tunnel, l’immense supériorité numérique des peaux vertes ne leur apportait aucun avantage. Cependant les défenseurs n’étaient pas infatigable et chaque assaillant tombé, était aussitôt remplacé, ce qui n’était plus le cas parmi les défenseurs jusqu’à l’arrivée opportune des renforts. Le petit nombre de survivants céda progressivement la place aux troupes fraîches qui venaient de les rejoindre. Le combat fit rage pendant des heures.

Pendant ce temps les assaillants parvinrent, au prix de nombreux morts à prendre certains des avant-postes. Les quelques ingénieurs, occupant les postes de tir, s’étaient vaillamment défendus mais ils furent massacrés dès que la première brèche fut ouverte. Ce fut l’œuvre d’un puissant chaman gobelin qui invoqua la puissance de leurs dieux impies. Cela leur donna accès aux tunnels courant jusqu’à la forteresse. Bien que ceux-ci soient verrouillés depuis l’intérieur de celle-ci et que les portes soient bardées de métal, elles ne purent résister aux assauts magiques de ce maudit chaman. Les occupants de la petite salle de garde, furent tués sur le coup par la violente explosion magique.

Le temps s’arrêta et les défenseurs du tunnel ne comprirent que trop tard que les peaux vertes les avaient pris à revers. Les ingénieurs formant l’arrière garde furent exterminés en quelques secondes. Les brisefers et marteliers encore vivants formèrent une seconde ligne pour protéger leurs arrières et défendre ce nouveau front. Ils se savaient perdus, mais se battirent jusqu’au derniers sous les ordres de leur Thane. De leur cotés, les peaux vertes semblaient décidés à les exterminer jusqu’au dernier. Voyant le combat s’enliser, l’impatient chaman gobelin invoqua de nouveau la fureur de ses dieux, c’était comme si un gigantesque poing était venu s’écraser au centre de la formation naine. Les combattants des deux camps furent projetés par l’onde de choc. Lioudane perdit connaissance lorsqu’il heurta violement le mur voisin. De nombreux orques furent blessés par ce sort, mais cela était un maigre tribut à payer pour le massacre qui s’en suivit. La formation naine ainsi disloquée ne faisait plus obstacle à l’assaillant et ils furent taillés en pièces alors même qu’ils se relevaient pour reprendre le combat.

Pendant les heures qu’avait duré ce combat, le Thane n’avait eu qu’une seule idée en tête, donner un maximum de temps à l’escorte qu’il avait fournit aux femmes et aux enfants pour fuir le plus loin possible…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Errances d'un survivant   Sam 28 Juil - 2:08

Errances d'un survivant

Lorsque Lioudane repris conscience, le soleil pointait au dessus des montagnes. Il regarda autour de lui et constata avec horreur qu’il était entouré par les cadavres de ses compagnons tombés au combat. Les peaux vertes les avaient dépouillés de leurs armes et armures avant d’empiler leurs cadavres au dehors afin d’y mettre le feu à la nuit tombée pour fêter leur victoire.

Lioudane ne comprit jamais vraiment pourquoi il était toujours vivant. Il put seulement constater qu’il était couvert de sang, qui n’était pas le sien car à part une entaille un peu profonde à la cuisse, toutes ses autres blessures n’étaient que très superficielles. Toujours est-il qu’il ne devait pas rester ici à rêvasser au risque d’être découvert et proprement transpercer ou pire torturer pour le seul plaisir du chef peau verte ou de son chaman.

Lioudane décida donc de tenter de rejoindre les survivants qui s’étaient probablement rendus au Karak voisin pour y trouver refuge. Il scruta les environs afin de repérer d’éventuels guetteurs postés, ici ou là, pour surveiller l’approche de la forteresse nouvellement conquise. Il en dénombra seulement cinq mais son attention fut plus particulièrement attirée par l’un d’eux. Cet orque imposant se tenait suffisamment isolé pour pouvoir être tué sans attirer l’attention des autres. Qui plus est, il était occupé à admirer son butin. Lioudane savait qu’il n’aurait qu’une seule chance. Il s’approcha donc le plus discrètement possible de sa cible. Pas une fois ce dernier ne leva les yeux des trésors pris sur les cadavres ennemis. Lioudane avisa une hache ébréchée qui avait été jetée à proximité, il fit un léger détour et la ramassa.

Un crissement métallique fit se retourner l’orque, la hache reposait contre un caillou que le jeune nain n’avait pas vu. L’orque mis quelques secondes à comprendre ce qu’il voyait, cela laissa juste assez de temps à Lioudane pour charger et lui enfoncer la hache dans le crâne. L’orque fut mort avant même d’avoir put se relever. La violence du coup laissa néanmoins Lioudane sans arme.

Avisant le butin de l’orque, il ramassa deux haches naines, une bourse et les quelques pièces d’armures éparpillées par-ci par-là, avant de gagner l’abri d’un rocher où il serait hors de vue des autres sentinelles. Lioudane s’équipa rapidement et parti en direction de Karak Hydrig où il pensait retrouver les survivants. Ce que Lioudane ignorait, c’est qu’ils avaient été attaqués par un petit groupe d’éclaireurs orques quelques kilomètres après êtres sortis des tunnels. Cela avait obligé l’escorte à défendre le convoi. L’un des chevaucheurs de loup parvint malheureusement à prendre la fuite. Le longue-barbe les menant choisit donc de changer de destination car il aurait été trop risqué de tomber sur les renforts. Il décida donc de conduire les réfugiés vers un autres Karak, qui bien que plus éloigné, semblait désormais présenter moins de risques.

S’éloignant à grands pas en direction du sud-est, Lioudane marcha jusqu’à la tombée de la nuit. C’est alors qu’il prit conscience d’un danger des plus insidieux. Il n’avait absolument rien à manger ni de quoi faire du feu. Lioudane savait que plus vite il rejoindrait l’abri de Karak Hydrig, plus il aurait de chance de survivre. Il décida donc de poursuivre jour et nuit tant que ses jambes le porteraient et de ramasser les baies qu’il savait comestible. Cela lui permettrai aussi de combattre le froid qui risquait de le tuer s’il s’arrêtait et s’endormait.

Pendant trois jours et trois nuits, Lioudane marcha sans rencontrer âme qui vive. Il n’avait vu aucune trace du convoi de réfugiés qu’il aurait dû rejoindre depuis longtemps maintenant. Son cœur saignai car il savait que s’il n’avait pas croisé leur route cela ne pouvait signifier qu’une chose : leur mort, soit ils avaient péri aux mains des orques patrouillant les montagnes, soit la montagne les avaient emportés. Lioudane avisa à l’aube les premiers indices lui indiquant qu’il approchait de Karak Hydrig, mais il sentait aussi ses forces l’abandonner. Aussi inflexible que le roc, il poursuivit son avancée vers le Karak désormais tout proche… Mais même le roc le plus dur peut être brisé par l’usure et Lioudane tomba d’épuisement à quelques centaines de mètres des portes de Karak Hydrig…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: un réveil douloureux   Dim 12 Aoû - 19:16

Un réveil douloureux

Lioudane se réveilla difficilement. Il souffrait de partout, tous ces muscles étaient douloureux, puis brusquement il réagit. Il regarda autour de lui. Il se trouvait dans une chambre meublée dans le plus pur style nain. Ses sens nains lui apprirent qu’il se trouvait sous terre, très probablement dans les murs de Karak Hydrig. Il était allongé dans un lit moelleux, le sang séché qui recouvrait son corps avait été nettoyé avec soin et ses plaies pansées.

Il se leva et ouvrit l’armoire pour prendre ses vêtements mais il n’y trouva rien. Il se dirigea vers la porte, qu’il trouva verrouillée. Lioudane tapa du poing à plusieurs reprises sur le lourd ventail en bois massif. Quelques minutes s’écoulèrent avant qu’il entende une clé tourner dans la serrure. Lioudane recula de deux pas et la porte s’ouvrit sur un jeune brisefer, portant les insignes d’officier ainsi que ceux de Karak Hydrig. L’officier salua Lioudane d’un signe de tête. Ce dernier ne manqua pas de remarquer les deux soldats gardant sa chambre. Leur main droite semblait pendre négligemment à hauteur de la poignée de leur hache, mais Lioudane savait qu’il n’en était rien car il y avait au moins un vétéran sur les deux sentinelles.

- « Bonjour à vous, frère nain. Heureux que vous soyez enfin réveillé… », entama l’officier

Lioudane l’interrompit d’un geste de la main. Les deux gardes se raidirent et l’officier s’empourpra.

- « Je suis Lioudane Machefer, de Karak Wyrmark. Je dois parler à votre Thane de toute urgence ! », déclara Lioudane tout en faisant un pas en avant.

Cette fois ci, ce fut au tour de l’interrompre. Il stoppa le jeune nain d’une main ferme.

- « Je ne compte pas déranger le Thane car vous et l’une de vos chèvres êtes tombés dans un ravin. Ceux de Karak Wyrmark sont connus pour leur désinvolture plus que pour leur courage, alors dit moi ce qui t’amène et je … », commença l’officier.

Toute couleur avait brutalement quitté le visage de Lioudane. Il ne sentit même pas la rage monter en lui. Il voulait interrompre l’officier qui salissait sans le savoir l’honneur des siens, tous morts au combat. Subitement toute la tension, la haine accumulé depuis son réveil parmi les cadavres de ses frères d’armes, son inquiétude pour ses parents et ses frères et sœurs. Tout cela pris le dessus sur sa raison et il attaqua l’officier lui faisant face.

D’un geste qui surprit tout le monde, il lança sa paume gauche au niveau du menton de l’officier. Celui-ci surpris, perdit l’équilibre ce qui l’obligea à faire un pas en arrière ou à tomber, mais ce pas l’amenait dans l’entrebâillement de la porte, empêchant les deux sentinelles d’entrer. Lioudane en profita pour saisir le poignard pendant à la ceinture de l’officier. Ce dernier retrouva rapidement son équilibre et entrepris de sortir sa hache, mais l’espace exigu le gêna dans son geste. Cela suffit à Lioudane pour lui sauter à la gorge. Ils roulèrent tous les deux au bas des marches. Les sentinelles se trouvant derrière l’officier furent aussi déséquilibrées. La hache de l’officier avait glissé hors de sa main pendant leur chute. Lioudane lui serra la gorge de l’une de ses mains et le menaça avec le poignard de l’autre, bien décidé à le faire définitivement taire.

Le jeune officier suffoquait, mais il cherchait avant tout à retenir cette lame menaçante loin de sa tête. Lioudane repris la parole, une lueur de meurtre toujours dans les yeux.

- « Les miens sont morts ! Tous morts et tu oses insulter leur mémoire et mettre en doute leur courage ! Pour cette raison, tu vas mourir immonde bâtard. Tu vaux moins qu’un seul des orques que j’ai combattu et tu fanfaronnes dans ta belle armure. Remercie plutôt tes ancêtres pour leurs mérites, car à mes yeux tu déshonores la caste dont tu portes les armes, tu ne … »

Un violent coup de bouclier interrompit Lioudane dans sa diatribe assassine et l’envoya valdinguer à quelques mètres. Lioudane secoua la tête, un peu sonné, et se releva. Il savait d’instinct avoir perdu son poignard dans sa chute et constata sans surprise que l’une des sentinelles lui faisait face.

Des fermiers l’avaient trouvé sur la route menant au Karak. Il était blessé et sans connaissance. Kurgrim avait lui-même dirigé le détachement de brisefer qui l’avait ramené au Karak. Cela faisait deux jours qu’il participait au tour de garde à la porte de cet inconnu, et cela bien que son statut de vétéran l’en dispense. Le vétéran brisefer avait cependant été complètement surpris par l’agression du nain. Il fallait être complètement fous pour attaquer un brisefer à mains nues. Toutefois ses réflexes de combattant aguerri avaient aussitôt repris le dessus. Suite au choc initial, il s’était rapidement remis sur pied et avait saisi sa hache. Son devoir lui imposer de défendre son officier. S’étant placé d’instinct, il avait envoyé un grand coup de bouclier dans le flanc droit du captif et s’était interposé entre lui et son supérieur.

Lioudane regarda le vétéran lui faisant face. Ils se jaugèrent pendant un moment.

- « Ecarte-toi, vaillant brisefer, ce cul blanc ne mérite pas que tu risques ta vie pour lui. », déclara Lioudane

- « Tu sais aussi bien que moi, que je ne peux pas te laisser faire. Je te rappelle que tu es sans arme ni armure contrairement à moi, alors dit moi qui risque sa vie ? », répondit Kurgrim

Les protagonistes ne s’en étaient pas aperçus mais depuis quelques secondes maintenant les passants s’arrêtaient sur la petite place où se déroulait cette scène improbable. Des bruits de pas lourds commençait à résonner, annonçant l’arrivée de renforts. Le jeune brisefer montant la garde avec Kurgrim entrepris d’aider l’officier, encore sous le choc, à se relever.

- « Ma vie ne vaut plus rien depuis la chute de Karak Wyrmark, alors je ne risque rien. Même les peaux vertes ont jugé que je ne valais pas le coup de grâce que l’on donne aux blessés pour … », avoua honteusement Lioudane

- « Et si c’était Grugni qui avait décidé que tu devais vivre ! », les interrompit une voix féminine

Lioudane se tourna vers la personne qui avait parlé et vit une prêtresse très âgée s’approcher et se mettre entre lui et Kurgrim.

- « Alors je dis qu’il aurait dut sauver mon Thane plutôt que moi, mad… », commença Lioudane

La prêtresse lui donna une gifle qui résonna comme un coup de tonnerre, car le silence s’était installé sur la place. Un détachement de combattants se tenait maintenant derrière le jeune officier. Lioudane baissa les yeux sur la vieille femme et pleura.

- « Explique-moi à quoi rime tout cela jeune nain ? », lui demanda la prêtresse.

Lioudane releva la tête et constata avec stupeur que la place était désormais pleine de monde.

- « Karak Wyrmark est tombé aux mains des orques. Les non-combattants auraient logiquement dût trouver refuge ici mais cela ne semble pas être le cas sinon vous ne me poseriez pas cette question… », commença Lioudane.

Des murmures parcoururent la foule. La prêtresse se tourna vers le jeune officier.

- « Seigneur Fend-l’acier allez en informer votre père sur-le-champ. Nous vous rejoignons dans la salle du trône dans quelques minutes. Maître Kurgrim, accompagnez-nous ! »

Le jeune officier s’exécuta prestement non sans lancer un regard haineux vers Lioudane, qui comprit qu’il s’était fait un ennemi puissant parmi les siens. Le fils du Thane de Karak Hydrig ne lui pardonnerait cet affront public.


Dernière édition par le Jeu 29 Nov - 13:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Audience à Karak Hydrig   Jeu 23 Aoû - 11:52

Audience à Karak Hydrig

Quelques minutes plus tard Lioudane arrivait devant la salle du trône. Lorsqu’il fut introduit dans la pièce, le jeune officier n’était déjà plus là et le Thane semblait réfléchir intensément. Des capitaines de régiment commençaient à arriver de part et d’autre. On demanda à Lioudane de raconter ce qu’il s’était passé cette funeste nuit. Tous écoutèrent attentivement son récit, puis le Thane se leva et s’approcha de Lioudane.

- « Ton courage t’honore, jeune nain. Comme tu l’as compris aucun membre de ton clan n’a passé la porte de ce Karak depuis que s’est déroulé la bataille de Karak Wyrmark, hormis toi. Je vais envoyer des messagers pour avertir les forteresses voisines de la présence de cette horde de peaux vertes et savoir s’ils ont accueilli des réfugiées de Karak Wyrmark.
Capitaines, prévenez vos soldats, doublez les gardes et renforcez les patrouilles. Nous devons protéger…
»

Lioudane s’emporta une nouvelle fois, il n’en croyait pas ses oreilles… ils n’allaient rien tenté pour reprendre la terre de ses aïeux des mains des orques… Si ses émotions n’avaient pas prit le pas sur sa capacité de réflexion, il aurait compris que s’était la seule option envisageable pour le Thane de Karak Hydrig.

- « Vous n’aller rien faire ! Vous aller laisser Karak Wyrmark aux mains des peaux vertes ! Tout ce qui vous importe… », vociféra Lioudane.

- « Silence, insolent ! C’est moi, et moi seul, qui prend les décisions ici ! Mon devoir est de protéger les miens. Je ne peux tout simplement pas envoyer suffisamment d’hommes pour reprendre ta forteresse ! Et si tu n’accepte pas ma décision, tu n’a qu’à quitter mon Karak », répondit le vieux Thane.

Sur ces mots Lioudane tourna les talons et quitta la salle du trône. Il erra un moment, tentant de retrouver son calme, mais toujours ses pensées revenaient sur ce dernier moment. Il savait qu’il n’avait plus rien à faire ici et se dirigea vers la grande porte. En passant sur la place où il s’était battu, il tomba nez à nez avec Kurgim et la prêtresse de Grugni.

- « Où comptes-tu aller ? Tu ne survivras pas longtemps seul à l’extérieur. Tu finiras par tomber sur une bande de peaux vertes ou bien tu mourras de faim et de froid. Notre thane a raison. A nous seul, nous ne pouvons envoyer suffisamment de troupes, mais lorsque les autres Karak seront au courant, nous joindrons nos forces et écraserons ces satanées peaux vertes… », annonça le vétéran.

- « J’ai pris ma décision, je pars d’ici. Je n’ai plus rien à y faire. Je continuerai à chercher les miens sans votre aide… Je n’ai besoin de personne… », déclara Lioudane.

- « C’est possible… mais si tu pars sans arme ni armure, tu ne feras pas de vieux os, alors suit-moi ! », déclara le brisefer.

Le petit groupe quitta la petite place et traversa plusieurs couloirs pour arriver devant la porte d’une habitation modeste. Kurgrim frappa et un ancien vint ouvrir la porte…


Dernière édition par le Jeu 29 Nov - 13:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: L'Ancien   Jeu 4 Oct - 18:51

L'Ancien

Lioudane avait été accueilli par un nain très âgé, il apprendrait plus tard qu’il se trouvait face au doyen de Karak Hydrig. Tout le monde ici l’appelait respectueusement l’Ancien et tous venait le voir quand un problème n’avait pas de solution.

L’Ancien les invita à entrer et les suivit d’une démarche chaloupée. Lioudane comprit rapidement qu’il avait perdu l’une de ses jambes en entendant le bruit sourd que produisait chacun de ses pas. Tous prirent place dans des fauteuils confortables à l’invitation de l’Ancien qui ne tarda pas à leur demander ce qu’il pouvait faire pour eux.

Keala, la prêtresse de Grugni, lui exposa la situation de Lioudane sans rien omettre. Le vieux nain se tourna vers Kurgrim et lui demanda de leur servir à boire, puis il reporta son attention vers Lioudane.

- « Je suis vraiment désolé pour les tiens, mon garçon. Mais comme l’a dit le Thane, d’autres Karak peuvent avoir accueilli des survivants. Peut être ont-ils étaient contraints de changer leurs plans en cours de route… Mais il me semble que tu cherches plus la vengeance et la mort que les survivants… Ce n’est pas une façon de s’adresser comme tu l’as fait aux gens, qui t’ont recueilli et soigné sans rien attendre en retour. Et à quoi rime cette bagarre avec le fils du Thane, tu peux me le dire ? », commença l’Ancien.

- « Il est vrai que je me suis emporté, mais j’ai plus eu l’impression d’être un prisonnier que quelqu’un que l’on a recueilli et soigné. Quant au fils de votre Thane, c’est quelqu’un d’arrogant et de parvenu… », déclara Lioudane.

- « Là-dessus tu as raison mon jeune ami… Mais il ne laissera pas passer l’affront que tu lui as fait. Attends toi à devoir te battre avant de partir, car s’il ne fait rien beaucoup de nos frères risquent de t’imiter et de lui tenir tête. », l’interrompit Kurgrim.

- « J’y compte bien car dans tous les cas si c’est pas lui qui me défie, c’est moi qui le fera et l’un de nous restera étendu sur le sol ! », affirma Lioudane.

- « Tu est conscient que si tu lui ôte la vie, il ne te restera plus beaucoup de possibilité. Tu perdra le soutien des quelques personnes qui sont prêtent à t’aider ici, car aucun ne te suivra sur cette voie. Le Thane demandera sûrement au Haut roi de te bannir des clans car tu aura tué son seul héritier et mit fin à sa lignée. Alors réfléchis bien, car si tu le tue, il ne te restera d’autre option que de rejoindre la caste des Tueurs, car notre peuple les considèrent comme non seulement comme des combattants redoutables, mais aussi comme des morts en sursis », lui expliqua l’Ancien.

Tous restèrent silencieux un long moment.

- « La seule autre solution serait de passer pour un lâche, auquel cas je ne pourrais plus me regarder en face. Je devrais déjà être mort de toute façon. Si comme vous me le disiez tout à l’heure, c’est la volonté de Grugni qui fait que je suis en vie, il me met face à une épreuve et je ne ferais pas preuve de lâcheté. Si ce cul blanc vient me défier, l’un de nous mourra ! Si je survis, je me rendrais à Karaz-a-Karak pour prêter le serment des Tueurs. », repris Lioudane

Keala secoua la tête, ne pouvant se résoudre à voir deux de ses frères prêts à s’entretuer alors qu’une horde d’orques rodait alentours, mais elle savait que tout ce qu’elle dirait serait vain. Kurgrim et l’Ancien, de leur coté, firent un signe de tête confirmant à Lioudane qu’ils pensaient qu’ils auraient fait le même choix à sa place.

Après ce nouveau moment de silence, la conversation repris sur des sujets plus légers. L’Ancien raconta une partie de sa vie à Lioudane et il fit un peu plus connaissance avec Kurgrim et Keala. Leur conversation se poursuivit longtemps. L’Ancien les convia à dîner en sa compagnie. Tous aidèrent à préparer le repas et ils dînèrent tout en poursuivant leurs discussions. Ils prirent ensuite congé de l’Ancien et Kurgrim invita Lioudane à venir passer la nuit chez lui, tandis que Keala rentrait au temple pour adresser une prière à Grugni.


Dernière édition par le Jeu 29 Nov - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Combat fratricide   Ven 2 Nov - 22:01

Combat fratricide

Lioudane se réveilla et se prépara. Aujourd’hui serait le jour du départ quoiqu’il advienne. Il rejoignit Kurgrim dans la pièce à vivre de sa modeste demeure et ils prirent ensemble un petit déjeuner. Moins d’une heure plus tard ils retrouvèrent Keala devant le temple de Grugni et la jeune prêtresse remis à Lioudane un rouleau de parchemin portant le cachet du temple et lui expliqua qu’il devait le présenter aux prêtres du temple de Grimnir à Karaz-a-Karak. Elle lui révéla que le parchemin exposait au clergé de Grimnir sa situation afin d’intercéder en sa faveur si besoin était. Lioudane la remercia et lui fit ses adieux. Elle lui remis aussi deux haches que l’Ancien lui avait fait porter à l’aube. Ces armes paraissaient fort anciennes. Keala lui révéla qu’il s’agissait des armes qui avait accompagné l’Ancien tout au long de sa vie et de ses combats.

Lioudane lui fit ses adieux et lui demanda de remercier l’Ancien pour lui et se dirigea vers les portes du Karak en compagnie de Kurgrim. Là, il avisa deux individus guettant près de la grand porte et reconnut aussitôt le fils du Thane et son estafette. Ce dernier aussi l’avait vu et se dirigea à sa rencontre. Lioudane le regarda approcher, sachant ce qui allait se produire. Il vint se placer devant Lioudane et le toisa avant de prendre la parole d’une voix claire pour que toutes les personnes présentent alentours entendent son défi.

- « Etranger, hier, tu m’as agressé et tu as terni mon honneur et mis en doute mon courage. Tu as prononcé ces mots sur les terres de mes ancêtres et devant mes soldats. Je te demande de te rétracter sur l’heure ou de m’affronter en duel à mort pour prouver tes dires ! »

Lioudane attendit qu’il ait fini de parler puis lui répondit.

- « Tu as, quant à toi ternis l’honneur des combattants qui sont tombés pour défendre Karak Wyrmark et pour cette raison je ne peux me rétracter. L’un de nous deux mourra aujourd’hui. Grugni puisses-tu pardonner la folie qui fait s’entretuer deux frères de race ! »

Un cercle de curieux s’était déjà regroupé prés de la grande porte, formant un cercle autour des deux adversaires. Le jeune noble saisit sa hache et son bouclier. Lioudane quant à lui s’arma d’une hache dans chaque main. Ainsi commença le duel. Les deux adversaires s’observèrent longuement, tournant lentement l’un autour de l’autre comme le font les prédateurs, attendant que l’autre comme une erreur.

Le jeune brisefer était certain de sa supériorité, mais il savait avoir face à lui un adversaire n’ayant rien à perdre. Voyant que son adversaire changer de position, il se fendit pour l’atteindre au ventre, mais Lioudane dévia sans mal l’attaque. N’en laissant rien paraître, il avait toutefois obtenu une information précieuse : Son adversaire été pressé d’en finir. Plusieurs autres échanges infructueux furent échangés, dont un failli bien atteindre Lioudane à la cuisse.

Lioudane passa ensuite à l’offensive, faisant pleuvoir une série de coups, sous des angles différents, mais tous finirent sur le bouclier du brisefer. Dès que ce dernier s’apprêtait à sortir de derrière la protection de son écu, une nouvelle série de coup pleuvais. L’un d’eux scalpa les deux cornes du casque, tandis que le suivant porté avec le dos de la hache directement sur le sommet du casque, enfonça ce dernier, laissant le jeune officier à moitié sonné et gênant sa vue. Ce dernier recula en titubant.

Lioudane en profita pour lancer une nouvelle série d’attaque. Le jeune officier tenta dans le même temps de remettre son casque correctement pour y voir quelque chose. Malheureusement pour lui sa manœuvre et les attaques de Lioudane lui furent fatales. Tandis qu’il remontait l’avant de son casque pour réaligner la visière et ses yeux, un coup bien placé ver l’arrière de celui-ci, et de nouveau destiné à le sonner, fit voler le heaume.

Le coup suivant, lancé avec force, trancha net. On entendit le casque retomber dans un bruit métallique, suivit de celui de l’affaissement du corps en armure de plates, puis vinrent les cris d’une femme à la vue de la tête du fils unique de Thane qui roula à ses pieds.

L’estafette regardait le cadavre incrédule. Lioudane, quant à lui ne prononça pas un mot, rangea les deux haches, repris son baluchon et se dirigea vers la grande porte. La foule s’écarta pour le laisser passer. Arrivé devant la porte, il avisa les gardes, qui semblaient décidés à l’arrêter. Il continua toutefois d’avancer. Les gardes se dirigèrent vers lui, armes en mains, mais un commandement sec les stoppa dans leur élan.

- « Non ! Laissez le passer ! Ce n’est pas lui qui à chercher ce duel, il n’a fait que défendre son honneur et celui de son clan. », déclara Kurgrim.

Les gardes s’écartèrent et ainsi Lioudane quitta t’il Karak Hydrig, sachant qu’il ne pourrait jamais y revenir…


Dernière édition par le Jeu 29 Nov - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Vers Karaz-A-Karak   Jeu 29 Nov - 13:36

Vers Karaz-A-Karak

Ainsi Lioudane prit la route qui le conduirait vers Karaz-A-Karak où se scellerai son destin. Il ne doutait pas, qu’une fois passée la semaine de deuil traditionnel, le Thane Thorbald Fend-l’acier ferait parvenir une requête au Haut Roi, demandant son jugement. Le seul verdict possible était le bannissement, il deviendrait un « Umbaraki ». Sa honte serait connue de tous et l’entrée de toutes les citadelles naines lui serait interdite. Aucun nain ne lui adresserait plus la parole mais le pire était qu’il n’aurait plus le droit de s’exprimer en Khazalid sous peine de mort.

Lioudane marcha pendant plusieurs jours, seul… A la tombée de la nuit, il cherchait un abri et fit un feu pour se protéger du froid mordant. Le quatrième jour, il fut rejoint par une caravane marchande se dirigeant vers la capitale. Le chef du convoi, un marchand nain nommé Dolgar, lui proposa de faire route avec eux. Les routes de montagnes n’étant pas sures, un combattant de plus était toujours le bienvenu. Lioudane accepta l’offre qui lui était faite en échange du gîte et du couvert.

Lioudane passa plusieurs semaines en compagnie de Dolgar et des autres membres de la caravane. Tous remarquèrent sont attitude étrange, mais seul Dolgar osa aborder le sujet, un soir où Lioudane s’attardait près du feu.

- « Tu m’as l’air bien taciturne, Lioudane. Malgré la bonne humeur qui règne dans cette caravane, en trois semaines, je ne t’ai pas vu sourire une seule fois mon gars. »

Comme le regard de Lioudane se faisait soupçonneux, Dolgar présenta les paumes de ses mains en signe d’apaisement.

- « Je crois déjà savoir la raison qui t’amène à la capitale, tu vas prêter serment à Grimnir. Cela se lit dans tes yeux… C’est un acte de courage qui t’honore… »

Voyant que Lioudane s’apprêtait à parler mais Dolgar continua.

- « Je ne veux pas savoir. Tu as semble savoir ce que tu fais et tu as certainement d’excellentes raisons pour le faire. », Déclara t’il en se levant pour partir.

- « Merci, Dolgar. », articula Lioudane en regardant le marchand s’éloigner vers son chariot.


Trois semaines plus tard, la caravane arrivait dans les environs de la citadelle de Karaz-A-Karak. C’était la première fois de sa vie que Lioudane contemplait la capitale. Il aurait préféré y venir dans d’autre circonstance, mais peu importait car où que son regard se pose, il voyait le travail de générations de nains ayant œuvré pour faire de Karaz-A-Karak la plus formidable forteresse connue du Vieux monde. Bien que la caravane se trouve encore à plusieurs heures de marche de la grande porte, on pouvait clairement voir des ouvrages de défense de-ci, de-là. Son expérience de combattant disait à Lioudane qu’aucune armée ne pouvait espérer franchir cette première ligne de défense sans subir de terribles pertes.

Dolgar sourit en voyant l’expression de Lioudane. Son expression féroce semblait s’être évaporée à la vue de la formidable citadelle. Dolgar lui tendit une sorte de tube cuivré très travaillé et recouvert d’une fine couche de cuir sombre. Lioudane regarda l’objet avec attention avant que Dolgar ne déplie la longue-vue.

- « J’ai acheté cela à un ingénieur, il y a des années de cela. Avec ca tu ne manqueras aucun détail. » Me dit-il en souriant

Lioudane passa les heures suivantes à observer avec attention les formidables défenses de Karaz-A-Karak, assis à coté de Dolgar, qui dirigeait son chariot vers les portes de la cité. Arrivé à l’entrée du tunnel d’accès, Dolgar alla s’entretenir avec l’officier commandant le détachement de la porte extérieure et lui présenta ses laissez-passer. Nul ne remarqua qu’il y avait un garde supplémentaire parmi l’escorte de la caravane. Lorsque Dolgar regagna le siège de son chariot, il regarda Lioudane tristement avant de faire claquer les rênes pour faire avancer les bêtes de trait. La caravane s’engagea dans un long tunnel, aux dimensions impressionnantes. Pas moins de trois chariots pouvaient y circuler de front dans chaque sens. A intervalle régulier, Lioudane put observer des meurtrières, des mâchicoulis et des herses monumentales. Si un jour un ennemi parvenait à passer les défenses externes et à prendre les portes extérieures, il paierait ici un tribut bien plus lourd en homme pour progresser d’un tronçon que tout ce qu’il pouvait imaginer. A coté prendre les défenses extérieures aurait été une partie de plaisir…


Une fois engagés dans le tunnel, Dolgar sortit de son silence.

- « Tes exploits t’ont devancés, mon garçon. Le Thane Fend l’acier a demandé audience au Haut Roi et les circonstances de la mort de son héritier sont maintenant connues. Le Haut Roi a ordonné ton arrestation dans tous les Karak des Royaumes nains afin que tu sois conduis devant lui. »

- « Pourquoi ne pas m’avoir dénoncé aux gardes alors, Dolgar ? Tu connais la peine réservée pour ceux qui protège les meurtriers ? »

- « Bien sur, mais je ne pouvais me résoudre à te dénoncer. Tu n’aurais eu aucune chance. Voila ce que nous allons faire, mon garçon… ». Dolgar expliqua son plan à Lioudane qui accepta avec gratitude.


Rien ne l’avait préparé au spectacle qui l’attendait lorsque la caravane en passa les portes intérieures. Lioudane en eut le souffle coupé. Il n’avait jamais rien vu d’aussi colossal ni d’aussi beau. Il avait sous les yeux la fierté du peuple nain : La cité de Karaz-A-Karak.

La caravane progressa sur la voie la plus large et au moment opportun Dolgar fit un signe de tête à Lioudane qui sauta à bas du chariot avec ses maigres possessions. Et prit une rue transversale pour rejoindre la place des temples. Il lui fallut près d’une dizaine de minute avant qu’il ne l’atteigne. Il avisa les temples de Grugni et de Grimnir qui se trouvaient coté à coté et se dirigea d’un pas décidé vers les marches du temple de la divinité tutélaire des Tueurs. Il gravit les marches et se présenta devant l’un des Tueurs gardant les portes. Lioudane le salua respectueusement et tomba à genoux, dans la posture des suppliants.

- « Je demande humblement asile et souhaite que cette missive soit remise à qui de droit » Demanda Lioudane en tendant le message cacheté avec le sceau du clergé de Grugni.

Le Tueur saisit le message et fit signe à un novice attendant là de transmettre le message à un prêtre et de conduire le requérant à l’intérieur.

Alors qu’il passait les portes du temple, escorté par le novice, les gardes apprenaient la nouvelle de la bouche de Dolgar. L’un des gardes de sa caravane avait disparu peu de temps après que la caravane ait pénétré dans la cité. Il n’avait même pas attendu pour être payé alors qu’il ne leur restait que quelques centaines de mètres à faire. Il décrivit Lioudane aux gardes qui firent immédiatement le rapprochement. Le capitaine du guet battit le rappel et lança la chasse à l’homme, sans savoir qu’il était déjà trop tard. Un messager partit dans le même temps en courant en direction du palais du Haut Roi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Au Grand Temple de Grimnir   Sam 8 Déc - 2:03

Au Grand Temple de Grimnir

Lioudane suivit le novice à l’intérieur. Ce dernier le conduisit, sans un mot vers une cellule monastique, puis repartit pour remettre le parchemin de Lioudane à un prêtre. Le silence était quasi total en ces lieux, un sentiment de paix envahit l’esprit de Lioudane et lui permit de réfléchir aux évènements qui s’étaient enchaînés depuis l’attaque de son foyer.

Lioudane revit les visages de ses amis, de ses proches, aujourd’hui tous morts sous les coups des peaux vertes, il en était persuadé. Personne ne venant le chercher, il supposa que le parchemin écrit par Keala remontait la voie hiérarchique. Ce temps permit à Lioudane de pleurer les siens pour la première fois et de commencer son deuil. Les heures s’écoulèrent lentement. Puis un novice entra, portant un plateau de nourriture et repartit lui aussi sans avoir prononcé un seul mot. Lioudane mangea ce repas frugal et attendit. L’après midi devait déjà être bien avancé lorsque le novice refit son apparition. Il déposa, sur le lit, des habits noirs et une ceinture écarlate, avant de laisser de nouveau Lioudane seul.

Lioudane enfila les vêtements que l’on venait de lui apporter et patienta. Il savait pertinemment que l’on mettait sa patience à l’épreuve. A la moindre erreur, les prêtres pouvaient le chasser et il savait que les hommes du guet finiraient par le trouver. Peut-être était-ce pour cela que la décision se faisait attendre…


A plusieurs reprises Lioudane entendit des pas dans le couloir mais personne ne vint, jusqu’à ce qu’un novice apporte un nouveau repas. Lioudane en déduisit que le soir approchait, il mangea puis passa un long moment en prière pour soulager son âme. Il pria Grimnir et Grugni d’accueillir les siens et d’honorer ses frères d’armes et son Thane, tombés au combat. Lorsque Lioudane eut fini de prier, il s’aperçut qu’un prêtre d’âge vénérable, accompagné d’un Tueur, bardé de cicatrice, se tenaient à l’entrée de la cellule qu’on lui avait attribuée. Le prêtre le fixait d’un regard transperçant, puis lui fit signe de le suivre.

A nouveau, Lioudane suivit en silence. Le seul bruit était celui de leurs pas. Ils parcoururent plusieurs couloirs que rien ne distinguaient. Tous étaient éclairés par des lanternes et percés de portes identiques à intervalles réguliers. Ils s’arrêtèrent devant une porte, semblable à toutes les autres. Le prêtre entra et le Tueur fit signe à Lioudane de suivre. Lioudane s’exécuta et entra dans un bureau spacieux à la décoration raffinée. Le vieux prêtre alla s’asseoir dans un fauteuil confortable.

- « Je me nomme Threlk, comme tu t’en doute, je suis prêtre de Grimnir. Notre Prima m’a demandé d’étudier ta requête. J’imagine que tu sais ce que contient ce parchemin ? » Demanda t’il en ressortant un parchemin de la pile qui s’étalait devant lui.

- « Oui, la prêtresse qui l’a rédigé m’en as révélé la teneur, révéré père. »

- « J’aimerai que tu m’explique de vive voix comment cela tout cela s’est déroulé… depuis le début je te prie. »

Le vieux prêtre sembla marmonner quelques mots dans sa barbe tout en faisant glisser sa main sur son bâton. Lioudane ne prêta pas attention à ce geste anodin en entamant son récit de façon aussi fidèle que possible. A l’issue de son long récit, Lioudane fixa ses yeux rougis par ces terribles souvenirs sur le vieux prêtre. Celui-ci paraissait songeur.

- « Merci d’avoir dit la vérité mon jeune ami. Sache qu’à l’heure où nous nous entretenons, le Haut prêtre s’apprête à recevoir un émissaire du Haut Roi pour que nous te livrions à sa justice. Comme cet ancien en a fait mention, il arrive que nous accueillons des gens dans ta situation, mais ces cas sont rarissimes »

Lioudane sentit son estomac se nouer. Il regarda par-dessus son épaule et vit le Tueur en faction devant la porte, puis se rappela à dérision qu’il avait laissé ses armes dans sa cellule. De toute façon qu’aurait-il pu espérer faire contre un Tueur. Le ricanement du vieux prêtre le fit se retourner.

- « Skaldirk, je crois que notre jeune ami est en train d’évaluer ses chances de survie en t’affrontant à mains nue pour s’enfuir » Héla-t’il le Tueur en faction.

Ce dernier afficha un sourire carnassier.

- « Au moins, il y gagnera la mort d’un guerrier, révéré père. » Déclara sombrement le Tueur.

- « Notre Haut prêtre m’a demandé de me pencher sur la question, c’est pour cela que je devais m’assurer de la véracité de tes propos. Je sais maintenant que tu dis la vérité. Désormais, quelque-soit la décision de notre Haut prêtre, tu auras le droit à la mort digne du guerrier que tu es. Ton destin ne sera pas celui d’un Umbaraki. Skaldirk va te raccompagner à ta cellule et tu seras informé de la décision du Haut prêtre demain en présence de l’émissaire du Haut Roi. » Dit solennellement le prêtre.

Lioudane suivit le Tueur jusqu’à sa cellule et sombra rapidement dans un sommeil agité.


Lioudane fut réveillé par les chants monastiques matinaux. Lorsqu’ils prirent fin, un novice vint le chercher pour lui apporter de quoi se sustenter, puis s’éclipsa. Une heure plus tard, le Tueur qui l’avait accompagné la veille au soir vint le chercher. Il le conduisit par des couloirs qu’il avait empruntés en arrivant. Son estomac se serra en s’imaginant qu’il avait été décidé de le livrer à la justice du Roi. Contre toutes attentes, ils ne prirent pas la direction de la sortie, que Lioudane pouvait voir non loin, mais se dirigèrent vers de grandes portes ouvragées.

Lioudane entra à la suite de Skaldirk dans une vaste salle, qui ne pouvait être que la salle d’audience du Grand temple de Grimnir. Le Grand prêtre, d’âge vénérable, se tenait au fond de la pièce, devant le maître autel. Au pied de l’estrade se tenaient cinq nains. Un seul ne portait pas d’armure. Lioudane et son guide s’arrêtèrent au même niveau et le Haut prêtre prit la parole.

- « Hier, nous avons entendu les requêtes de chacune des parties, comme il est de coutume. Bien que les circonstances soient particulières, nous, Prima du clergé de Grimnir, avons décidé d’accorder … »

Lioudane retint son souffle pendant un instant qui lui paru interminable

- « … à Lioudane le droit de prêter le serment des Tueurs. »

L’émissaire tourna la tête et fusilla Lioudane du regard. Puis avança d’un pas en direction du Haut prêtre pour prendre la parole, mais ce dernier ne lui en laissa pas le loisir.

- « La preuve à été apportée que Lioudane n’avait d’autre choix, si ce n’est forfaire à l’honneur de ses ancêtres et que c’est la mort dans l’âme qu’il s’est résolu à devoir tuer le fils du Thane Fend l’acier. De plus, nous savons maintenant avec certitude que c’est le fils du Thane qui à lui-même déclenché cette succession d’événements qui a conduit à sa perte. »

L’émissaire était écarlate.

- « Quelle preuve avez-vous ? C’est un meurtrier, qui dit que ce n’est pas un menteur en plus… »

- « Moi ! »

Le vieux prêtre, qui avait reçu Lioudane, la veille au soir, se trouvait maintenant à coté du Haut prêtre.

- « En tant que Justicar je sais qu’il n’a ni mentit, ni dissimulé d’informations. Mettriez-vous ma parole en doute, Emissaire ? »

Le Haut prêtre reprit la parole sans laisser le temps à l ‘envoyé du Haut Roi de répondre.

- « Ce point étant éclairci, nous vous demandons de faire connaître notre décision à qui de droit. Nous tenons aussi à rappeler, étant donné le caractère épineux de cette affaire que quiconque ira contre cette décision sera frappé d’anathème. »

Sur ces mots, le Haut prêtre de Grimnir congédia les personnes présentes. L’émissaire quitta les lieux, non sans avoir jeté un regard noir à Lioudane et au vieux Justicar. Lioudane fut une nouvelle fois raccompagné en direction de sa cellule.


Les jours suivants s’écoulèrent paisiblement, mais avec quelques changements significatifs. Lioudane faisait maintenant parti de la congrégation, il vivait au même rythme et prenait part aux mêmes offices. Au bout de quelques jours, Skaldirk vint le trouver, un soir, alors qu’il s’instruisait un peu plus sur Grimnir et sur les Tueurs en parcourant les connaissances détenues au Grand temple.

- « Lioudane, je te cherchais. Je dois t’expliquer certaines choses. »

Lioudane écouta attentivement le Tueur lorsqu’il reprit la parole.

- « Demain ton voyage vers la mort commence. Je pense que tu as une petite idée de ce que nous sommes, nous les Tueurs, mais suis sûr d’une chose. La première étape de ce voyage prouvera si tu es digne de prêter le serment sacré de notre Ordre. Demain à l’aube, tu quitteras Karaz-A-Karak et tu te rendras seul jusqu'à Karak Kadrin. Si tu parviens jusque là, tu prêteras serment sur les marches de la commanderie de Tueurs. Une fois cela fait, tu pourras pénétrer là où seuls les membres de notre ordre le peuvent et te recueillir dans le saint des saints. En attendant ce moment, tu devras porter ce bandeau noir orné du symbole des Tueurs, ainsi tous sauront que ta vie est entre les mains de Grimnir… »

Skaldirk, visiblement pris dans ses propres souvenirs, fit signe à Lioudane qu’il pouvait se retirer.

Trop tôt, un novice vint réveiller Lioudane comme il l’avait demandé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Voyage initiatique   Ven 28 Déc - 1:12

Voyage initiatique

Lioudane se leva, le novice lui indiqua que le jour se lèverait dans une heure. Lioudane entama ses ablutions. Hier soir, il avait pris sa décision. Il avait tout perdu en l’espace de quelques semaines, mais on venait de lui redonner une chance de mourir dans l’honneur. Ce voyage serait comme un nouveau départ…

On frappa à sa porte. Lioudane était prêt, il savait que le jour se levait et qu’il devait partir. Il avait revêtu sa cotte de mailles et les deux haches, que lui avait offert l’Ancien, pendaient à son coté. Il arborait fièrement le bandeau qu’on lui avait remis la veille au soir. Il ouvrit la porte et se retrouva nez à nez avec Skaldirk.

Ce dernier ouvrit et ferma la bouche, comme un poisson hors de l’eau, ne parvenant pas à parler. Quand le choc fut passé, il avala sa salive en fixant Lioudane dans les yeux.

- « Sacré nom d…’une pipe, mais qu’est ce que… Mais pourquoi donc … »

Lioudane sourit au Tueur qui ne parvenait pas à concevoir son geste… d’ailleurs bien peu le comprendrait pensait-il.

- « Je sais, Skaldirk. Tu te demandes pourquoi j’ai fait cela ? Laisse-moi t’expliquer… Depuis la chute du Karak de mon clan, j’ai échoué dans tout ce que j’ai fait. Le pire c’est que j’ai même du tuer quelqu’un de notre peuple. Aujourd’hui, une nouvelle chance m’est donnée et je ne veux pas que mes actions passées entachent l’honneur qui m’est fait… » Expliqua Lioudane.

- « Oui, mais de là à te raser la barbe. Certains vont te considérer comme un paria… » Dit sombrement le Tueur.

- « Beaucoup me considèrent déjà ainsi, Skaldirk, quant aux autres ils préfèrent m’ignorer… Lorsque je paraîtrai devant Grimnir, je n’aurais ainsi pas à rougir car la longueur de ma barbe témoignera uniquement des victoires et des honneurs que j’aurai acquis en son nom. »

- « Je comprends mieux l’ami, même si je n’aurai pas accompli ce geste, je le respecte pour ce qu’il représente à tes yeux. » Déclara Skaldirk.

Skaldirk l’accompagna jusqu’aux portes du temple, il lui remit un sac de provisions et lui fit prêter serment sur sa hache.

- « Moi, Lioudane entame, ce jour, l’Epreuve initiatique des Tueurs. J’affronterai tous les dangers que je rencontrerai avec courage. Je ne compterais que sur moi-même et ma foi en Grimnir pour venir à bout de mes ennemis. Je refuserai l’aide d’autrui, même s’il doit m’en coûter la vie, et ce jusqu’à mon arrivée à Karak Kadrin. »


Ainsi Lioudane quitta le Grand Temple de Grimnir et Karaz-A-Karak, sous le regard abasourdi de nombreux nains, stupéfait de le voir ainsi rasé de prés. Lioudane prit la route du Nord en direction de Karak Kadrin.

Pendant la première semaine de voyage, il ne rencontra pas le moindre problème, la proximité de la capitale naine et de ses patrouilles suffisant à tenir les quelques bandes de pillards à l’écart. Mais les choses ne tardèrent pas à se compliquer…

Au cours de la semaine qui suivit, Lioudane dut affronter deux petites bandes d’orques. Ces petits groupes n’étaient pas suffisamment nombreux, ni courageux, pour lui poser de réels problèmes. Puis les semaines se succédèrent et le climat se fit de plus en plus froid. Lioudane continuait à progresser, se rapprochant à chaque pas de sa destination. A plusieurs reprises Lioudane dut combattre, principalement à la tombée de la nuit, lorsqu’il cherchait un abri. Tantôt il affrontait de petits groupes d’orques, tantôt des bêtes.



Un après midi, Lioudane fut surpris par une tempête de neige alors qu’il franchissait un haut col. Il dut se réfugier dans une grotte pour ne pas risquer de mourir de froid à cause du blizzard qui s’était levé. Après à peine quelques pas à l’intérieure de la caverne, Lioudane compris qu’il allait devoir combattre un adversaire des plus coriaces. L’odeur de mort, puis le hurlement qui accompagnèrent son entrée, lui confirmèrent la présence d’un troll des cavernes

La créature s’approcha de Lioudane, qui apprêta rapidement ses armes. Le troll abattit son poing pierreux à l’endroit où Lioudane s’était trouvé quelques instants auparavant. La riposte fut fulgurante et Lioudane entama profondément le bras qui avait essayé de l’écraser. Le troll poussa un hurlement de douleur, son bras totalement était totalement inerte. Le monstre ne cessa pas d’attaquer pour autant, il utilisa son bras encore valide pour tenter de saisir la tête de Lioudane, qui para le coup d’un revers de sa hache avant de riposter d’un coup de taille en direction de l’abdomen de la créature. Un nouveau cri de douleur lui confirma que son coup avait porté.

Lioudane faillit se faire surprendre quand l’attaque vint du coté où il avait brisé le bras de la créature, il avait presque failli oublier que les trolls se régénéraient. Il allait lui falloir trouver une solution rapidement car le seul moyen connu pour tuer un troll était le feu, sans quoi ces saletés finissaient toujours par se relever. Lioudane regardait autour de lui, cherchant quelque chose qui pourrait l’aider, tout en gardant un œil sur le troll pour ne pas prendre un mauvais…

Une vive douleur lui irradia la mâchoire lorsque la main du troll l’envoya roulé à quelques mètres de là. Lioudane se releva rapidement, encore sonné par le coup, mais sachant que le troll serait rapidement sur lui. Quelques secondes plus tard Lioudane dut parer une série de coup vicieux malgré les étoiles dansant devant ses yeux. Presque à l’aveugle, il envoya un grand coup de hache qui cueillit le troll à la gorge. La violence du coup manqua de le décapiter. Le troll tituba, avant de s’affaisser comme mort, mais Lioudane ne s’y trompa pas.

Ayant repris ses esprit, Lioudane avisa un précipice assez proche. S’il réussissait l’acculer et à le faire tomber dans le vide, il pourrait peut-être s’en débarrasser, tout du moins cela devrait lui laisser le temps d’allumer un feu dans la grotte. Les réflexions de Lioudane furent interrompues par un bruit de succion qui lui fit relever les yeux. Lioudane vit littéralement la tête du troll se recoller. Lioudane décida de mettre sont plan à exécution.

Le Troll chargea Lioudane, qui s’était rapproché du précipice, il tenta à nouveau de frapper le nain au visage, mais celui-esquiva et lui porta une succession coups qui auraient étaient fatal à bon nombre d’ennemis. Le Troll tituba pendant quelques secondes avant que sa faculté de régénération n’agisse de nouveau, mais cela avait laissé le temps à Lioudane de le contourner.

Lioudane reprit son assaut repoussant petit à petit son adversaire vers le vide. Lioudane profité de chaque pause, offerte par la régénération de son ennemi pour reprendre son souffle. Finalement le troll se retrouva au bord du gouffre et après un nouvel assaut furieux, son corps dégringola, inerte dans le vide.

Un violent craquement retenti en contrebas. Malgré le blizzard, Lioudane parvint à distinguer le corps du troll, empalé sur un éperon rocheux particulièrement pointu. Lioudane y vit un signe attestant que les prières de Keala, la prêtresse de Grugni qu’il avait rencontré quelques mois plus tôt à Karak Hydrig, avaient attiré la faveur du père des nains sur lui.

Lioudane fut obligé de rejoindre la grotte car le blizzard redoublait de vigueur, il y resta jusqu’à ce que le blizzard se calme, mais la nuit approchant, il décida de camper ici. Il sorti tout de même pour voir s’il pourrait poursuivre sa progression sans trop de risque. La neige était tombée en abondance, mais uniquement sur les hauteurs. Quelques centaines de mètres en contrebas du col, la couche de neige semblait assez fine. Le regard de Lioudane se porta vers le précipice où le troll avait fait sa chute et il put clairement constater que le troll était toujours empalé sur le pic de pierre. La créature semblait toujours inerte et le pieu de pierre saillait de sa poitrine. Lioudane ne comprenait pas bien pourquoi la créature ne s’était pas régénérée, mais une chose était sure, il allait lui falloir descendre récupérer sa tête pour prouver à tous qu’il l’avait vaincu. Estimant qu’il aurait le temps avant la tombée de la nuit, il alla la récupérer. Une fois remonté, il la brûla pour en récupérer le crane.Après une bonne nuit de sommeil, Lioudane repris la route de Karak Kadrin.


Plusieurs semaines s’écoulèrent, durant lesquelles il affronta de petites bandes de gobelins, Lioudane aperçu au détour de la route les premières défenses de Karak Kadrin. Trois heures plus tard, il passait fièrement les portes de la cité, arborant à sa ceinture plusieurs chapelets de cranes de gobelins et d’orques et portant sur son épaule le crane du troll qu’il avait terrassé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Tueur   Ven 15 Fév - 12:48

Tueur

Les habitants de Karak Kadrin regardèrent Lioudane avec curiosité. Certes ils étaient habitués à voir des nains rejoindre Karak Kadrin pour prêter le serment des Tueurs, mais il était très inhabituel de voir un guerrier nain avec une barbe bien plus courte que celle d’un nain approchant de l’adolescence.

Lioudane traversa la cité sans avoir honte, il avait réussi là où bon nombre périssent. Dans quelques heures, il prêterait son serment sacré à Grimnir. Ses pas le conduisirent vers le cœur de la cité, cherchant du regard la commanderie des Tueurs. Ses efforts furent récompensés quelques minutes plus tard en arrivant sur l’une des esplanades. Une imposante statue de Grimnir, finement ouvragée, trônait en son centre. En face, se trouvait un bâtiment dont le fronton était soutenu par d’autres représentations de la divinité et gardé par des Tueurs, ne laissant pas de place au doute.

Lioudane approcha. Les gardes l’observèrent et l’un d’eux se campa devant lui et le toisa du regard avant d’aviser le bandeau qu’il arborait.

- « Seul les Tueurs sont autorisés à pénétrer dans la Commanderie et bien que tu sois parvenu jusqu’ici, tu n’es pas encore l’un des nôtres. Reviens quand ce sera le cas … », L’informa t’il.

Lioudane ne répondit pas et s’éloigna en méditant sur les paroles du Tueur. Au bout de quelques instants, Lioudane comprit ce qu’il avait voulu lui expliquer et se mit à la recherche de ce qui lui serait nécessaire. Dans le courant de l’après midi, il se présenta au temple de Grimnir. Un prêtre le reçu et écouta sa demande peu ordinaire. Il le conduisit jusqu’à une alcôve un peu plus isolée que les autres, puis s’éloigna.

Lioudane prépara ce dont il aurait besoin et se laissa tomber à genou. Il pria Grimnir longuement et avec une ferveur nouvelle afin de purifier son âme et d’accomplir sereinement le rituel qu’il avait choisit. Il saisit la fine lame, posée devant lui, et la porta à hauteur de son visage, murmura une brève prière et de sa main libre attrapa une mèche de cheveux qu’il coupa à la racine. Il répéta la même opération à de nombreuses reprises, jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus qu’une ligne de cheveux en travers du crane. Observant son reflet dans le petit miroir d’argent posé devant lui, il passa à l’étape suivante après une nouvelle série de dévotion.

Lioudane versa dans un petit bol plusieurs produits qu’il mélangea à de la graisse animale. Le résultat était une sorte de pâte de couleur rouge orangée qu’il entreprit de s’étaler sur les cheveux qu’il n’avait pas rasés afin d’arborer la crête de cheveux colorée qui caractérise les Tueurs. Une fois satisfait de son reflet, il rangea ses ustensiles et retomba en prière un moment.

Conformément à ce qu’ils avaient convenu, le prêtre qui l’avait reçu et qui avait observé en silence toute la scène rejoignit le Tueur dans l’alcôve et se tint face à lui. Toujours agenouillé, Lioudane leva les yeux vers lui.

- « Accepteriez-vous d’être témoin de mon serment, révéré père ? », Interrogea Lioudane.

- « Il n’en est nul besoin, Tueur. Il ne fait aucun doute, à mes yeux, que notre dieu en est le meilleur qui soit. Tu es venu prêter ton serment en son nom et en sa demeure terrestre, comment pourrait-il en être autrement. », Répondit le prêtre.

Lioudane acquiesça puis s’abîma une fois de plus en prière, entrant en communion avec Grimnir afin de formaliser son engagement. Une fois cela accompli, il rangea rapidement les ustensiles, qu’il avait utilisé et ramassa les mèches de cheveux tranchées. Il se releva, tendit sa bourse au prêtre, en guise d’aumône et le salua avant de se diriger vers la porte du temple.

Une fois sortit, il prit la direction de la Commanderie des Tueurs. Cette fois, les sentinelles le laissèrent passer, non sans un signe de bienvenue. Lioudane gravit les marches, s’émerveillant de la finesse des sculptures et des détails dont elles regorgeaient, mais ce n’était qu’un prélude à ce qu’il lui fut donner de contempler à l’intérieur de la commanderie. Cela il le garderait gravé en son cœur et en son âme, mais ne serait pas retranscrit ici car chaque Tueur saurait de quoi il était question, quant aux autres, ils n’avaient pas à savoir …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Mystérieux appel   Jeu 7 Aoû - 19:01

Mystérieux appel

Cela faisait maintenant plusieurs mois que Lioudane suivait la voie des Tueurs. Il avait déjà affronté bon nombre de monstres, tous plus puissant les uns que les autres, et récolté quelques belles balafres. Dernièrement c’était une wyverne qui lui avait donné du fil à retordre. D’autant qu’un Boss orque, accompagné de quelques gobelins, se trouvait sur les lieux, bien décidé à en faire sa monture.

Les gobelins s’étaient réfugiés derrière l’orque noir le plus gros que Lioudane ait jamais vu. Puis le combat s’était engagé, sans merci, entre les deux ennemis ancestraux. Le combat avait été long et rude car l’orque était lourdement armuré. La wyverne quant à elle profita du divertissement pour festoyer à grande bouchée de gobelins, qui l’avaient totalement oublié, trop absorbés qu’ils étaient à regarder leur Boss et le Tueur nain s’affronter. Les deux adversaire se rendaient coup pour coup, mais aucun ne semblait parvenir à prendre le dessus.

Le dernier gobelin survivant s’aperçu de la disparition sanglante de ses compagnons alors que la wyverne tournait son attention vers lui. Ce dernier poussa un cri étranglé et couru en direction du Boss orque, s’agrippant à ses jambes en gémissant. L’orque noir essaya de s’en dégager mais ce moment de distraction lui fut fatal, car Lioudane en profita pour lui porter un coup à la gorge, tranchant net l’artère. Le boss s’écroula, écrasant par la même le dernier gobelin survivant.

La Wyverne rugit en fixant Lioudane, dernier survivant de l’affrontement et visiblement un met appétissant aux yeux du monstre.

Cette dernière n’attendit pas et Lioudane fut surpris par la rapidité de la créature. Il eut juste le temps de se pousser, entendant les mâchoires de la bête claquer de l’endroit où se trouvait sa tête la seconde d’avant. Le Tueur n’avait pas assez de place pour porter un coup puissant, mais aplatit tout de même l’une de ses haches sur le coté de la tête du monstre. Ce dernier releva la tête, comme s’il était étonné, ce qui permit à Lioudane de porter un violent coup avec ses deux haches en direction du cou de la wyverne. Les coups portèrent, entaillant profondément les écailles bien plus fines à cet endroit. Un sang poisseux et noir gicla sur Lioudane.

La bête rugit de douleur et lança plusieurs attaques en direction de Lioudane tout en reculant vers son antre. Lioudane les esquiva et infligea un nouveau revers de sa hache lors de la dernière attaque de la créature. Cela semblait désorienter le monstre car à nouveau il releva la tête et ouvrit des yeux ronds de douleur quand les deux haches du nain frappèrent exactement au même endroit que la fois précédente, agrandissant la plaie déjà béante. Cette fois-ci, Lioudane décida de pousser son avantage et porta coup sur coup, ne laissant pas le temps à la bête de reprendre pied. La tactique fut payante car la wyverne s’accula, d’elle-même, à la paroi rocheuse. Ce contact inattendu fournit une nouvelle ouverture au Tueur qui plaça un dernier double coup qui failli finir de trancher le cou du monstre.

La Wyverne s’écroula dans un dernier râle et c’est à cet instant que Lioudane prit conscience d’une sensation nouvelle. D’un seul coup, une irrépressible envie lui prenait de se diriger vers le nord. Il ne savait pas pourquoi, mais il savait qu’il fallait qu’il y aille … Etait-ce un signe que lui envoyait Grimnir ? En tout cas c’est ainsi que Lioudane l’interpréta !

Après avoir prélevé le crane de la créature en guise de trophée, Lioudane prit la route du nord. Cet appel, toujours aussi fort, ancré en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lioudane

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 44
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
Race: Nain
Carrière: Tueur
Guilde: Aube Eternelle

MessageSujet: Rencontre...   Ven 22 Aoû - 22:43

Rencontre...

Une semaine déjà que Lioudane avait ressenti cet étrange appel qui le poussait vers le nord. Cette sensation n’avait fait que croître en lui. Le soir venu, il avait de plus en plus de mal à trouver le sommeil car cette sensation le poussait à toujours avancer et quand il parvenait enfin à trouver le sommeil, ce dernier était troublé par des rêves étranges, des rêves d’antiques batailles.

Plus le temps passait est plus Lioudane se souvenait des détails de ce rêve récurant. Lioudane voyait, tour à tour, des hordes de démons et d’adepte du chaos, une gigantesque waaagh et nombres d’autres horreurs sans nom. Face à eux Lioudane voyait des elfes, des humains et des nains et toujours une même bannière flottant aux vents. Bannière qui se retrouvait toujours au plus fort des combats, empêchant parfois la bataille de basculer en faveur du mal en comblant une brèche critique ou bien ralliant des combattants pour tenter une percée. Cette bannière était un halo de lumière rassurant face à l’obscurité grandissante…

Au petit matin, Lioudane reprenait sa route, jusqu’au soir. Mais au bout d’une nouvelle semaine, l’appel était tellement fort qu’il ne parvenait plus à fermer l’œil. Lioudane décida donc de continuer à avancer de nuit. Au troisième soir, Lioudane aperçu un petit bivouac au bord de la route.

Plusieurs silhouettes étaient assises autour du feu. Lioudane put discerner deux nains et un individus clairement trop grand pour en être un. Il décida de s’approcher et put constater avec surprise qu’il ne s’agissait pas de deux nains, mais d’un nain, visiblement un Brisefer vétéran, et d’une naine plantureuse, une prêtresse des runes. Le troisième individu était maintenant bien visible et Lioudane ne put masquer sa surprise.

L’individu leva ses yeux en amande vers Lioudane, révélant clairement ses traits elfiques. Ce que Lioudane avait d’abord pris pour une couverture de fourrure bougea et Lioudane put constater qu’il s’était fourvoyé. L’animal, sentant son maître sur le qui vive, releva la tête et huma l’air avant de se camper sur ses pattes en sentant l’odeur de Lioudane. Les deux nains tournèrent leur regard dans la même direction.

L’appel qui avait guidé Lioudane si loin au nord, prit fin quand son regard croisa celui du Brisefer. Lioudane sut qu’il avait atteint son but…

Les trois campeurs se levèrent. L’elfe parla dans une langue chantante et son animal se recoucha non sans garder un œil sur Lioudane. Ce dernier s’approcha et salua les deux nains, puis un peu à contre cœur, l’elfe qui lui faisait face.

Ce qui se raconta ce soir là, je ne le conterai pas ici, car cela relève des secrets qui entoure l’Ordre de l’Aube Eternelle et à vrai dire bien peu le comprendrai… Ce que je puis vous dire c’est que ce soir là, autour de ce feu de camp, quelques part dans les montagnes, au Nord de Karaz-A-Karak, Harkon Brisecrane, Dame Shanaar, Nuro Garoc et Lioudane prêtèrent serment et firent renaître l’Aube Eternelle de ses cendres. Ils déployèrent sa bannière, annonciatrice d’une période sombre pour les peuples de l’Ordre, mais aussi d’un formidable espoir. Lioudane reconnu immédiatement le symbole de l’étendard qu’il avait vu dans ses rêves et le doute le quitta instantanément.

Lioudane comprit alors que son destin n’était pas de mourir comme un Tueur anonyme, même si cela était toujours aussi honorable à ses yeux. Lioudane ne doutait plus que Grimnir avait d’autres vues pour lui. Il combattrait pour cette cause, une cause perdue diraient certains, car tous les rapports disaient qu’à l’Est les orques s’assemblaient en une Waaagh digne de celle qu’avait affronté Sigmar et le Roi Kurgan Barbe de Fer en leur temps. A Karaz-A-Karak, les soldats disaient que les messagers impériaux avaient informé le Haut Roi que le Nord de l’Empire était menacé par les hordes de maraudeurs et de guerriers voués aux dieux sombres. Au cœur même de l’Empire, une étrange peste faisait des ravage et dans le même temps, les hommes bêtes et d’autres monstruosités s’enhardissaient et se mettaient à attaquer des fermes isolés et des petits villages mal défendus. Nuro Garoc, leur avait expliqué qu’en Ulthuan la situation n’était pas meilleure, les elfes noirs avaient lancé une campagne d’envergure contre l’île et avaient réussi à prendre pied et à établir une tête de pont solidement défendue.

Lioudane sourit en envisageant son avenir différemment. Qui sait, peut-être que s’il combattait corps et âme pour cette noble cause et qu’il y survivait sans déroger à son serment de Tueur, peut-être qu’il serait considéré comme ayant lavé son honneur…

A compter de ce jour, Lioudane serait un Sombre Tueur, considérés comme les plus dangereux de tous, car leur désir de vivre leur donnait une volonté et une rage inhumaine...[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Background] Lioudane le sans clan*   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Background] Lioudane le sans clan*
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vampire, la Mascarade] Background
» Background Personnages
» La Horde Fumante de Scruitiss Sale Oeil du Glorieux Clan Skryre...
» Habbor offre un stickers gratuit si vous rejoignez son clan!
» question sans reponse sur sirocco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté francophone W.A.R. Roleplay :: La bibliothèque :: Les BGs.-
Sauter vers: